Le Deuil

Pour comprendre la notion de deuil examinons l’origine du mot. « Deuil » est issu du latin « dolus » signifiant « douleur ». Donc, « faire son deuil » ne signifie pas « terminer et passer à autre chose » mais représente une période pendant laquelle il y a une douleur, et ainsi  « Faire son deuil » c’est « Faire sa douleur ». Il s’agit d’un processus naturel de plus ou moins forte intensité en fonction de l’attachement (à une chose, une situation, une personne, une croyance etc…). Ce processus est déjà présent en  nous, et apparaît dès lors qu’il y a une perte.

Le cycle de deuil fait partie intégrante de la vie. Le deuil est un processus de vie entre deux attachements. Notre histoire individuelle, de la conception à la mort est une suite d’attachements qui dure depuis toujours. De nombreuses civilisations ont représenté ce cycle à travers des symboles, et notamment la civilisation chinoise qui représente très bien ce mouvement grâce au symbole du yin et du yang que l’on retrouve dans de nombreux écrits,  les temples, la médecine traditionnelle… (IIIème siècle avant JC).

Symbole de la dualité, le yin et le yang représente aussi le cycle de la vie. Un Tout en perpétuel mouvement formé par deux paradoxes (la couleur blanche et la couleur noire, rappelées aussi dans chacune des couleurs opposées à elle-même), rappelant ainsi l’interdépendance qui existe entre toutes les créations, entre tous les paradoxes formant la Vie.

Un cycle de naissance n’est pas un début, la mort n’est pas une fin. C’est un mouvement perpétuel présent dans chaque chose, chaque acte, chaque aspect de la vie : enchaînement des saisons, des moments de la journée, l’âge…

La ligne mouvante entre les deux extrêmes représentant l’harmonie de ce parfait équilibre entre les cycles.

Les Phases du Deuil

L’homme se développe au  niveau physique, mental, émotionnel et spirituel. Et le deuil a un impact sur tous les niveaux de l’Etre.

Plus l’attachement est important et plus le deuil est douloureux. Il est primordial d’accueillir et de se laisser traverser par les différentes phases du processus de deuil, afin de ne pas entraver la cicatrisation de la blessure engendrée par la perte.

 

Le processus de deuil touche l’Etre dans sa profondeur, remettant en question le sens même de l’existence (de sa propre existence) qu’il convient alors de retrouver ou de remodeler pour poursuivre sa route.

C’est un véritable travail intérieur qui peut prendre plusieurs années, voire toute une vie pour le sculpter et l’accompagner. Il est un hymne à la vie, un cheminement à transcender avec beaucoup d’amour, de compassion et de bienveillance.

L'Accompagnement en Sophrologie : du Corps à l'Etre

A travers le processus de deuil, s’entremêlent des phases de destructuration (perte de repères, de structures familiales ou amicales, voir même d’identité…) et de restructuration (nouveaux repères, liens sociaux, cohérence…).

En revenant à soi, à son corps, à ses sensations on reprend petit à petit contact avec la Vie en Soi. On se permet de traverser les bouleversements émotionnels, puis de retrouver des idées plus claires et lucides, de se reconstruire et de retrouver une forme de sérénité.

Le travail s’effectue grâce aux outils sophrologiques habituels auxquels il est possible d’ajouter d’autres formes d’approches tels que le dessin, les auto-massages, l’écriture etc… et ainsi entrer en relation bienveillante avec soi-même au niveau de son corps, de ses pensées, de ses émotions, de son identité et de son Etre.

Il n'est pas question ici d'oubli, mais plutôt de bien se souvenir et d'une nouvelle invitation à la Vie.

Agenda des salons, ateliers et animations dans l'onglet "Actualité".